ZOOM SUR 

RE 2020 : les nouvelles précisions

À partir de l’été 2021, la RE 2O2O remplacera la RT 2012 qui réglementait jusqu’à présent les normes de construction et de pollution des bâtiments neufs. Cette réglementation a été votée dans le cadre de la loi d’évolution du logement et des aménagements numériques (ELAN). Celle-ci portera majoritairement sur 3 axes :

Premier objectif 

 

Premièrement la RE 2020 reposera sur une diminution significative des émissions carbones pour une réduction à terme des gaz à effets de serre. Pour parvenir à cet objectif, d’ici 2024 toutes les installations exclusivement au gaz seront remplacées dans les maisons individuelles par des solutions plus respectueuses de l’environnement comme des pompes à chaleur ou une chaufferie biomasse alimentée par des matières végétales. Le but à long terme est de diviser par 10 le taux de CO2 rejeté dans l’air.

Dans le logement collectif, la transition sera plus progressive car encore aujourd’hui 75% des nouvelles résidences construites sont chauffées au gaz. Il s’agira dans un premier temps de réduire le taux de CO2 rejeté dans l’air en le limitant à 14kgCO2/an/m², puis à partir de 2024 les installations de chauffage exclusivement au gaz seront supprimées et le taux sera ramené à 6kgCO2/an/m². Les systèmes de chauffage seront remplacés par des solutions hybrides plus respectueuses de l’environnement.

Afin de limiter le besoin de chauffage, la RE 2020 reposera aussi sur une isolation plus performante prenant en compte le besoin de chauffage mais aussi les besoins de climatisation qui n’étaient pas pris en compte avec la RT 2012. Toutes ces évolutions réduiront considérablement les factures d’électricité.

 

Deuxième objectif 

 

La RE 2020 a aussi pour but d’encourager l’utilisation de matériaux biosourcés c’est-à-dire issus de matériaux d’origine végétale, animale ou issus de matériaux recyclés. Il faut aussi prendre en compte l’évolution de ces matériaux. On parle ainsi de cycle de vie dynamique des matériaux. Cette appellation désigne la capacité des matériaux biosourcés à stocker le carbone : il s’agit de privilégier des matériaux peu émetteurs en carbone comme le bois ou la ouate de cellulose plutôt que le PVC par exemple. L’objectif est de diminuer de 30% les émissions de carbone dans le secteur de la construction d’ici 2030. D’ici 10 ans, l’usage des matériaux biosourcés sera systématique pour les maisons individuelles. Dans le collectif cette transition sera plus longue car les frais sont plus importants.

 

Troisième objectif 

 

Depuis quelques années les épisodes caniculaires sont de plus en plus fréquents. Cependant les bâtiments construits sous la RT 2012 ne sont pas adaptés à ces fortes chaleurs et se révèlent donc inconfortables en été. La RE 2020 prend en compte « le confort d’été », en fixant deux seuils exprimés en degré/ heure (DH).  Un seuil de température haute à 1250DH et un seuil de température basse fixé à 350DH. C’est un indicateur qui exprime le nombre d’heures par an où le bâtiment dépasse les 28°C le jour et 26°C la nuit.

Les systèmes de climatisation passives seront encouragés par cette nouvelle règlementation via une architecture repensée : la forme du bâtiment, son orientation ou sa couleur. Le but est donc d’adapter les caractéristiques du bâtiment aux changements climatiques, à faibles coûts et en respectant l’environnement.